Loading...

 

ActualitésSociétéLes mots-clé de l’année astrologique 2019 sont connus.

16/12/2018by Planetavenue

Que nous réserve l’année à venir ? Restructuration ? Accomplissement ?

Pour beaucoup, 2018 aura été une année éprouvante. Entre les éclipses qui se sont succédé – en janvier et en juillet- puis les rétrogradations de Mars, de Vénus et de Mercure, le contexte n’a jamais été celui de la facilité.

Ne promettons donc pas la Lune : 2019 ne sera pas un long fleuve tranquille non plus. Mais l’année à venir s’annonce subtilement différente de la précédente et surtout, plus riche en perspectives. C’est tout d’abord une année de Terre.

Pourquoi utiliser ce terme ? Rappelons que l’astrologie se base sur quatre éléments: le feu, la terre, l’air et l’eau. Selon les cycles, l’un ou l’autre de ceux-ci sont valorisés.

2019 met ainsi à l’honneur trois planètes lentes dans des signes de terre : le Capricorne et le Taureau. Saturne, pour commencer, est entré en Capricorne juste avant Noël 2017 et passera toute l’année dans ce signe qu’il gouverne, en plus. Saturne y est donc très puissant et peut exprimer ses valeurs sans entraves. De plus, la planète se rapprochera de Pluton, également en Capricorne, mais depuis 2008, déjà, et jusqu’en 2023, car sa marche est très lente, du fait de son éloignement du Soleil. D’Ailleurs, la conjonction entre ces deux planètes s’annonce déjà comme l’élément marquant de l’année 2020, dont nous aurons l’occasion de reparler.

Auparavant, l’entrée définitive d’Uranus en Taureau, le 6 mars 2019, où il restera jusqu’en 2026, ajoute un troisième acteur du collectif en élément terre. On se rappelle qu’Uranus est entré une première fois dans ce signe en mai 2018, mais qu’il est ensuite revenu sur ses pas (optiquement parlant) en automne. Or, cette fois, quand Uranus repassera en Taureau, il va pouvoir développer tout ce qu’il implique dans ce signe (voir notre billet sur ce thème).

Au vu d’un tel contexte, on peut déjà annoncer que 2019 nous place face à des exigences de concrétisation. Finis, les concepts peut-être géniaux mais qui restent dans l’air. Cette fois, il faut leur donner vie.

Tel est le message global des planètes. Pour aller plus loin avec une image, il faut avoir en tête que la période annuelle du Capricorne est celle où l’hiver est total, puisqu’il commence avec le solstice. La nature est repliée sur elle-même et la graine, qui germera au printemps, reste profondément enfouie sous la terre. Personne ne la devine.

Ainsi fonctionne un Capricorne typique.  Tout d’abord, il connaît la nécessité d’agir seul et en économisant ses forces. Il est prêt pour une longue traversée, sachant que l’ambition, c’est sa survie. Il y donc beaucoup d’orgueil contenu dans cette manière d’affronter la réalité, et du courage.

Puisque 2019 a une couleur très Capricorne, l’ambiance générale sera colorée de ces valeurs.

Il y a également un besoin de retour à l’authenticité. Les paillettes ont disparu, on se concentre sur l’essentiel. Dans la vraie vie, on ne se laisse pas influencer. C’est donc très intéressant de relever cette tendance à l’heure où les réseaux sociaux veulent nous distraire et nous éloigner de la route à suivre. Quelle que soit notre situation, il ne faut donc pas tomber dans la futilité ni se laisser détourner par l’accessoire et les fausses promesses. Il faut avoir défini ses buts, qui doivent être réalistes, mais qui sont les siens propres, personnels.

Sur le plan collectif, il faut aussi savoir que :

  • Que tout être humain s’incarne dans l’idée de « faire ». Personne n’est un pur esprit. Que l’on aime ou pas son corps physique, celui-ci réclame notre amour et notre attention. En prendre conscience passe peut-être par des changements de comportement de base : cultiver le mindfullness, autrement dit, la pleine conscience.
  • Lorsque l’on marche, il faut se concentrer sur les sensations : bruits des pas sur le chemin, bruits venant de l’environnement, que ce soit des oiseaux dans les arbres ou celui des moteurs dans la ville. Il faut ainsi prendre davantage conscience de l’obligation de préserver les ressources de la Terre. Etre en accord avec la nature,  à la fois pour soi et pour les autres.

La marche à suivre

Les effets cumulés de  Saturne et Pluton en Capricorne devraient nous aider dans cette évolution, malgré des résistances. Certes, Pluton veut mener des réformes de fond et le fait dans la dureté : les tendances insurrectionnelles, les mouvements de « dégagisme »  auront encore la cote en 2019, il faut le savoir. Saturne, pour sa part, veut se débarrasser des vieilles structures à sa manière. Il se dépouille ou il tranche dans le vif. Quant à Uranus, il vient secouer le placide Taureau pour  imposer des changements dans nos chères habitudes. Uranus va s’attaquer aux structures, notamment économiques et financières, qu’il va faire voler en éclats. Il va favoriser un monde où le salariat sera de moins en moins fréquent, celui de l’indépendance au travail et de la mise en commun de biens recyclés ou partagés, le tout à la faveur de technologies innovantes et de crypto-monnaies.

Eclipses en vue

Comme en 2018, l’année à venir nous infligera quelques éclipses (qui viennent toujours avec une éclipse solaire, suivie d’une éclipse lunaire, l’une et l’autre partielle ou totale). Le ton sera déjà donné dès le 6 janvier 2019, avec une éclipse solaire partielle, visible en Asie, qui aura lieu lors de la Nouvelle Lune. Ce moment donne déjà la tonalité de l’année, puisque le Capricorne y sera survalorisé  (avec le Soleil et la Lune conjoints au Noeud Sud dans ce signe, sans parler de Mercure, Saturne et Pluton.

Le 21 janvier, ce sera au tour d’une éclipse lunaire partielle, cette fois, sur le 1er degré de l’axe Soleil Verseau-Lune Lion. Celle-ci pourrait remettre au goût du jour les exigences dont nous avions déjà parlé lors de l’éclipse sur le même axe du 31 janvier 2018. (voir aussi  billet à ce sujet).

Enfin, en juillet 2019, nous retrouvons une nouvelle vague d’éclipses : le 2 juillet, éclipse solaire, totale, cette fois, sur l’axe Cancer-Capricorne (mêmes remarques pour l’importance de se pencher sur les valeurs Capricorne). Suivie d’une éclipse lunaire partielle le 16 juillet, qui voit à nouveau Lune en Capricorne et cette fois, le Soleil en Cancer. Un joli ballet astral, dont il faut retenir ceci, de par les signes impliqués : la nécessité de se clarifier et de laisser tomber l’ordre ancien, pour redonner la place et de la valeur aux émotions, ce qui préfigure la société qui aura davantage de valeurs air/Verseau, mais à un horizon plus lointain, dès 2021.

 Good news are coming

Heureusement, 2019 nous épargnera quelques « pépins » qui ont été plus ou moins marquants en 2018, dus aux pénibles rétrogradations de planètes rapides (les lentes en ont chaque année et impactent moins les gens dans leur vie personnelle).

En 2019, pas de rétrogradation de Vénus : les challenge affectifs nous laisseront un peu plus de tranquillité. Quant à Mars, pas de rétrogradation à l’agenda : les challenges relatifs à l’action et au combat nous épargneront en grande partie.

Reste Mercure, qui poursuivra son rythme habituel de trois rétrogradations annuelles : celles-ci auront lieu du 5 au 28 mars en Poissons, du 7 juillet au 1er août fin Lion et Cancer, puis du 31 octobre au 20 novembre en Scorpion.

On constate donc que la planète de la communication nous demande une leçon d’empathie : en signe d’eau, Mercure est neutralisé dans ses modes d’expression oraux et écrits. Il va requérir de nous de l’attention et de l’écoute aux autres, de manière moins formelle et plus douce.

Nous reviendrons avec une série d’articles thématiques pour nous préparer à aborder cette année 2019 à venir, notamment sur les liens avec son propre signe natal, puis sur les attentes de notre société sous l’angle économique, politique et social et enfin sur les impacts d’image de personnalités qui font l’actualité.

 

https://www.planetavenue.com/wp-content/uploads/2018/02/white_divider_bottom.png

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux