Loading...

 

ActualitésAspects planétairesPersonnalitéSportCes sportifs qui prendront la balle au bond en 2019

18/01/2019by Planetavenue

Comme chaque année, l’Open de Melbourne (AUS) annonce le début d’une saison en fanfare pour les amateurs de petite balle jaune. Honneur aux joueurs de tennis, dont nous allons ici livrer quelques portraits, avec les gros transits. Notons qu’il est très parlant de constater que nombre d’entre eux ont des thèmes astraux pleins de défis, indiquant des personnalités de battants. S’il est possible d’esquisser quelques prévisions, rien n’est jamais certain dans le glorieux monde du sport, car ces gens-là sont faits pour triompher de l’adversité.

Roger Federer : la retraite peut attendre

Le GOAT (Greatest of all time) helvétique est en forme, pour ses 37 ans. On est prêt à parier qu’il aura atteint cent titres lors de son anniversaire, le 8 août prochain. Lion à l’Ascendant Vierge, Roger Federer est un perfectionniste sans en avoir l’air, un Roi sensible à la raison et à l’hygiène de son corps. Pour les perspectives, notons que son Soleil a la faveur de Jupiter une grande partie de l’année 2019, notamment pendant la quinzaine de Melbourne, où en plus, Mars en Bélier forme un trigone exact. Seul bémol pour lui, un Saturne opposé à son Mars, pas top pour un sportif que d’avoir la planète représentant le temps et les contraintes contrarier son énergie pure, ceci une bonne partie de l’année, à l’exception du printemps jusqu’à mi-juillet environ).

A Wimbledon, le climat paraît tout aussi favorable: on retrouve le même pattern avec Jupiter et Saturne, mais avec un Mars en Lion prometteur et une belle Lune en Sagittaire sur son Neptune le jour de la finale lui permettent de rêver et d’envisager un très bel été. A suivre…

Stan the man, le retour ?

Quant à l’autre Helvète du tennis, il revient d’une longue blessure le couteau entre les dents. Stan Wawrinka profite à fond de l’arrivée de Mars en Bélier, son signe natal, lui qui est né le 23 mars 1985. Mais avouons qu’il va devoir lutter, car malgré tout, ses planètes en Bélier sont contrecarrées par Saturne en Capricorne: il va devoir accepter les limites mais ça peut aussi lui réussir, vu que ce même Saturne soutient son Mars natal en Taureau, qui fait de lui un stakhanoviste surpuissant.

Nadal, un cas encore plus complexe

Voyons comment va le « taureau de Manacor », qui est en fait un Gémeaux du 3 juin 1986, à l’Ascendant Scorpion. Déterminé, ne s’avouant jamais vaincu, on reconnaît bien là les caractéristiques du huitième signe. Mais comme son thème présente des planètes dispersées un peu partout dans la roue du zodiaque, avec nombre d’aspects tant positifs que conflictuels, son destin n’appartient qu’à lui. Il possède une grande faculté d’adaptation (configuration en éclaboussure et Soleil en Gémeaux), tout en étant habité par la passion (Scorpion-Mars-Pluton).  Il affronte en ce moment l’opposition de Jupiter – la chance n’est pas au rendez-vous- mais Nadal peut compter sur ses autres atouts pour mener sa barque. Notons que son Soleil sera souvent impacté en 2019 par le carré Jupiter-Neptune, ce qui peut annoncer des désillusions par moments. Particulièrement à Roland-Garros, où on serait tenté de dire qu’il n’y aura pas de douzième cette année.

Djoko, la tête dure

Né le 22 mai 1987, voilà encore un Gémeaux ! Comme son grand rival Nadal, Novak Djokovic possède aussi un Ascendant dans un signe vigoureux et tenace, le Capricorne. En ce moment, il y a donc du monde sur son Ascendant, ce qui favorise sa concentration et son endurance. Par contre, Mars en Bélier peut contrarier sa quinzaine australienne. En tout cas, son humeur risque de ne pas être au top, quels que soient ses résultats. Toutefois, étant du début des Gémeaux, il n’a pas le problème des transits contrariants de Jupiter-Neptune qu’a Nadal. On peut donc imaginer pour lui un bon cru 2019. Une finale à l’US Open contre Roger Federer ou contre un natif d’un signe de terre (Thiem, Zverev, Cilic) serait passionnante, car Djoko a une belle Lune sur son Ascendant ce jour-là, qui reçoit des aspects très positifs et très négatifs simultanément… Mais pas anodine, en tout cas !

 Andy va dire non

En larmes, l’écossais Andy Murray a annoncé à Melbourne qu’il serait contraint de mettre fin à sa carrière prochainement. Né le 15 mai 1987, ce Taureau était un gros bosseur, soucieux de se préparer au mieux (Ascendant Vierge) pour atteindre un idéal. Dans son cas, on constate que les transits jupitériens ne sont pas toujours positifs et jouent les amplificateurs de problèmes : le passage de cette planète qui touche actuellement un point de friction important de son thème (sur Uranus, début d’opposition à Mars) montre clairement qu’il n’a pas choisi de dire non et que cette décision l’ébranle. Il sera effectivement moins sous les feux de la rampe à l’avenir. Espérons que ce grand champion plein d’humour et de joie de vivre pourra trouver d’autres satisfactions en dehors du tennis.

 

https://www.planetavenue.com/wp-content/uploads/2018/02/white_divider_bottom.png

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux