Roger Federer nous éclaire… sur l’éclipse du 31 janvier

Depuis dimanche, le monde du sport vénère son Dieu désigné, le Suisse Roger Federer, qui cumule les records et vient de soulever sa vingtième coupe en Grand Chelem dans sa 37ème année.

Le plaisir est complet, car il met en avant une personnalité à l’aura aussi grande que méritée : non seulement, Federer brille sur les courts en étant le plus stratège, celui qui possède le jeu le plus spectaculaire, semble voler lors de ses amorties et claque des services que personne ne ait prévoir. Mais il est aussi un mari, un père, un copain de valeur, polyglotte, sympa, ouvert aux autres et capable d’une écoute attentive.

On hésite aussi à le classer dans l’Olympe du sport ou celle des artistes.

Pour Planetavenue, ce sacre ne surprend pas : depuis des années, alors que certains lui conseillaient de prendre sa retraite, nous avions avancé qu’il n’avait pas fini de nous surprendre: http://bit.ly/2DZb0Khttp://bit.ly/2BCRXzW et encore http://bit.ly/2DJvAuH.

Non pas que le profil de champion se lise dans un thème astral dès la naissance : ce serait un raccourci maladroit. Par contre, plus la personne devient connue et laisse des traces  dans l’Histoire– des preuves de ce qu’elle a accompli – plus il devient intéressant de voir à quels stimuli elle réagit, ce qui crée un climat favorable ou des obstacles éventuels.

L’actualité du moment, c’est donc surtout cet état de grâce à savourer pour le joueur de tennis suisse. Né le 8 août 1981, à 8h20, à Bâle, Roger Federer est un natif du Lion, à l’Ascendant Vierge.

Or, le 31 janvier 2018, a lieu une éclipse de la Lune – une Super Lune, car l’astre sera tout proche de la Terre – à 11 ° du Lion. Elle attire donc l’attention sur l’axe Verseau-Lion et sur les personnalités de ces deux signes.

Roger Federer, qui possède Mercure (maître de l’Ascendant) à 13 ° conjoint à son Soleil, à 15° du Lion, est donc particulièrement dans la cible. On pourrait même encore évoquer son Nœud Nord qui tombe à 1° du Lion, intéressant du fait qu’une éclipse n’a lieu que lorsque les nœuds lunaires sont impliqués au moment de la pleine lune. Et cette année, le Nœud Nord est à 14 ° du Lion. Troublant, non? Comme ce point représente dans le thème le lieu de l’accomplissement ultime en astrologie karmique, cela fait bien réfléchir…

L’éclipse sera à son maximum le 31 janvier à 13h31 (TU). Or, Melbourne se situe dans la partie du globe où elle sera bien visible, donc où elle produira de grands effets. Même Roger Federer a quitté Melbourne,  de toute façon, l’influence se faisait sentir quelques jours avant et quelques jours après la date. Certes, Federer n’est pas le seul être au monde à être concerné, ni l’Australie la seule région, mais en tout cas, les deux le sont particulièrement.

L’interprétation

Il y a donc dans l’air une vibration particulière, une force qui a besoin de s’exprimer. Le Lion est le signe à mettre en relation avec le jeu, les loisirs, la création, l’expression du Moi, l’autorité.

La Pleine Lune tombant dans ce signe- éclipsée- est conjointe au Nœud Nord : le message est ambigu. En partie, il faut oser se montrer le Maître, mais il faut aussi le faire sans écraser les autres, avec générosité (l’axe du Verseau où se situe le Soleil en face). C’est à la fois une réussite « traditionnelle » (Lion) mais qui se fait de manière insolite, comme un coup de théâtre : l’expression est parfaite, car le Verseau est gouverné par Uranus, planète maîtresse des surprises, et le Lion est théâtral, il veut occuper le devant de la scène.

Dans le sacre de Roger Federer, nous avons la démonstration parfaite de ces principes. Roger Federer a ce talent qui le place d’emblée au-dessus des autres, dans une « galaxie différente », tel un Demi-Dieu, comme le dit la presse. Mais il est arrivé dans l’arène de la Rod Laver Arena avec le ventre noué par ses émotions et l’angoisse de voir la victoire lui échapper éventuellement (typique de la Lune éclipsée). En ce sens, il ne s’est pas comporté avec arrogance, il a dû batailler contre lui-même pour s’imposer.

Quant à l’aspect théâtral promis par ce thème de l’éclipse, on peut y voir l’illustration de cette finale, riche en rebonds, parfois bizarre, improbable, mais aussi « le coup de théâtre » du triomphe de Rodger, qui fait exploser les records à un âge où d’autres sont à la retraite. Et cela lui a tiré des larmes…

Précisons encore qu’un évènement céleste comme une éclipse ne doit pas s’interpréter comme un arrêt sur image, figé à jamais. Il faut au contraire regarder d’où l’on vient et où l’on va.

Dans le cas présent, la dernière éclipse lunaire, suivie d’une éclipse solaire remonte à l’été dernier. L’interprétation retenue veut que quelque chose, que l’on a mis entre parenthèses depuis l’été dernier, réapparaisse soudain (soit depuis la dernière éclipse lunaire du 7 août 2017 ou l’éclipse solaire du 21 août 2017 (voir à ce sujet le billet sur Planetavenue, Usain Bolt).

Pour Roger Federer, cela correspond aux jours qui ont suivi son triomphe à Wimbledon et où un petit problème de dos qui l’a obligé à freiner légèrement ses ambitions.

Il faudra également suivre attentivement les effets qu’aura sur lui l’éclipse solaire, cette fois, du 15 février :

Et si elle coïncidait avec une décision clé pour redevenir numéro un mondial?

Ou peut-être que cette éclipse solaire va au contraire le pousser à rester tranquillement dans l’ombre de son succès?…Juste ce qu’il faut pour récupérer son énergie et aborder un chapitre inédit en toute beauté.

Planetavenue.com