Paradise Papers: quand Jupiter visite les enfers….

Dans un billet précédent, nous avions parlé du rôle catalyseur de l’arrivée de Jupiter en Scorpion, qui a contribué à la divulgation des innombrables cas de harcèlements sexuels à Hollywood. Tout y était: la puissance exponentielle de Jupiter, sa représentation de petit Dieu de l’Olympe, et le tout, dans un signe lié au sexe et au pouvoir.

Autre scandale, même cause, les Paradise Papers. Pas moins de 13, 4 millions de documents ont ainsi bizarrement fuité pour atterrir entre les mains du consortium de journalistes d’investigation, partenaires dans des affaires qui avait déjà fait grand bruit dans le passé (Panama Papers, Wikileaks, etc). En gros, les  enquêtes qui en découlent, basées sur les fuites provenant des fournisseurs de ces services offshore (un cabinet d’avocats, notamment), révèle au grand jour les montages financiers extrêmement sophistiqués, qui permettent à des célébrités ou à de riches femmes et hommes d’affaires, y compris la Reine Elizabeth II, mais aussi à des multinationales comme Nike, Glencore ou Total, de profiter d’une «optimisation fiscale». Une manière pudique d’évoquer les pratiques de fiscalistes malins pour permettre aux plus fortunés de payer moins d’impôts… Que ce soit en achetant des avions privés, en soutenant des personnalités politiques controversées par des prêts, l’argent qui circule via des sociétés écrans le fait de manière bien opaque. On a ainsi pu le vérifier à travers les cas filmés pour le magazine Cash Investigation, de France 2. L’équipe d’Elise Lucet s’est baladée dans le monde de l’aviation d’affaires, pour nous montrer comment les commerciaux promettent à leurs clients potentiels de se voir exemptés de TVA.

Au Brésil, l’un des plus importants producteurs de soja au monde, devenu par ailleurs ministre de l’agriculture, a créé une société offshore, bien sûr, aux Iles Caïmans, en partenariat avec le groupe Louis-Dreyfuss, un autre géant du négoce agricole. Nul doute que personne ne versera des larmes de crocodile en constatant les millions qui n’atterriront pas au Brésil… Par contre, les écologistes pourront en verser, eux, en constatant les dégâts de la déforestation.

Autrement dit, les dessous de l’offshore, qui existent depuis des lustres, se retrouvent à nouveau sur la place publique.

On peut donc se demander, en novembre 2017, ce qu’en fera la morale ambiante. Là encore, comme avec l’affaire Harry Weinstein, le battage médiatique prend pour le moment le dessus.

Et, rappelons-le, avec Jupiter, les proportions sont vite incontrôlables. Il est par ailleurs amusant de constater que cette planète, qui gouverne le Sagittaire, est précisément associée à l’exotisme. On voit ici, toutefois, que le terme évoque plutôt un style de républiques bananières plutôt qu’une vision idyllique…

Comme je l’avais également mentionné dans mon billet sur l’arrivée de Jupiter en Scorpion, les finances sont justement l’un des autres grands domaines qui seront mis en avant par ce transit. Ici, il faut parler de richesses cachées, dissimulées, que Jupiter fait remonter à la surface. Certes, cela n’impliquera pas forcément que les intéressés s’appauvrissent, bien au contraire. Le Scorpion est en effet très doué pour tirer les ficelles et faire prospérer l’argent, alliant sens stratégie et parfois cynisme. D’ailleurs, les Bourses se portent bien, en cette fin d’année 2017. Mais encore une fois, le citoyen lambda, qui paie normalement ses impôts sans avoir la possibilité de se permettre les mêmes tours de passe-passe, est choqué. A juste titre.

Qu’arrivera-t-il alors?

La morale n’a pas le poids de la loi. Est-ce que les consommateurs vont alors utiliser l’arme du boycott envers les grandes entreprises qui auront fréquenté les paradis fiscaux ? Achter moins de Dior parce que Bernard Arnault serait aussi concerné ? On verra. Mais comme les révélations sont si nombreuses que l’une a tendance à chasser l’autre, le pronostic reste difficile.

En 2018, Jupiter formera d’ailleurs des aspects positifs tant avec Pluton qu’avec Neptune :  une réforme salutaire, régénératrice, pourrait alors se dessiner et nous y reviendrons.

www.planetavenue.com